Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/02/2011

Exécutif des musulmans: tensions et nouvel agenda remis début février

Ugurlu.jpgLe consensus qui a été trouvé au mois de mai, selon lequel les structures se baseront sur les lieux de cultes et non sur les différentes nationalités existantes au sein de la communauté musulmane, a été approuvé par les membres de l'Exécutif à la suite d'un vote, assure le président.

 

Un nouveau calendrier concernant le renouvellement de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) sera soumis au ministre de la Justice début février, a indiqué le président de l'EMB, Ugurlu Semsettin, à l'agence BELGA. Ce calendrier fait suite au projet de renouvellement qui a été remis le 20 mai dernier à Stefaan De Clerck mais qui avait été jugé insuffisamment détaillé par ce dernier.

"Notre projet ne sera pas approuvé par le gouvernement en affaires courantes mais par le prochain gouvernement formé. En attendant, le fonctionnement de l'Exécutif a été prolongé jusqu'au 31 mars 2011" et devrait l'être encore tant qu'aucun gouvernement n'aura été formé, afin d'"assurer la continuité", commente le président. Le consensus qui a été trouvé au mois de mai, selon lequel les structures se baseront sur les lieux de cultes et non sur les différentes nationalités existantes au sein de la communauté musulmane, a été approuvé par les membres de l'Exécutif à la suite d'un vote, assure le président.

Cependant la vice-présidente de l'EMB, Isabelle Praile, estime ne pas avoir été concertée.

"Le dossier a été approuvé par le président mais n'a pas été soumis à l'approbation de l'assemblée générale ni par les membres de l'Exécutif, au nombre de 15 actuellement", lance-t-elle."Ce projet est basé uniquement sur certaines mosquées et porté par des structures excluant la majeure partie des musulmans de Belgique", accuse-t-elle sur le blog de l'Alternative démocratique des musulmans de Belgique.

Elle appelle à plus de transparence et à solliciter l'avis de toute la communauté musulmane pour plus de démocratie.

Belga, 24 janvier 2011