Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/02/2012

Démission à la tête de l'Exécutif des Musulmans de Belgique

Une information révélée en exclusivité par le site gundem.be le mercredi 22/02/12 (lire la lettre de démission en turc et en français)

mohamed,adahchour,démission,exécutif,musulmans,semsettin,ugurlu

"J'estime qu'il est à présent judicieux de transmettre le flambeau à d'autres gens."

 

Le vice-président de l'Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), Mohamed Adahchour, qui occupe ce poste depuis 2005, a présenté sa démission mercredi soir. Il souhaite cependant rester membre de l'assemblée générale de l'ASBL Collège de l'Exécutif des Musulmans de Belgique.

"Après cette période relativement longue au cours de laquelle j'ai pu oeuvrer avec grand enthousiasme, j'estime qu'il est à présent judicieux de transmettre le flambeau à d'autres gens afin de leur permettre à leur tour d'apporter un nouveau souffle à notre institution", a-t-il indiqué dans sa lettre transmise au président de l'EMB et au président de l'ASBL Collège de l'EMB.

L'Exécutif connaît depuis un temps quelques tensions entre ses membres "conservateurs" et "réformateurs", rassemblés au sein de l'Alternative démocratique des musulmans de Belgique (ADMB).

La raison de la démission du vice-président ne se trouverait néanmoins pas là, a estimé le président de l'EMB, Ugurlu Semsettin, dont le mandat a été prolongé à la mi-janvier ainsi que les mandats des huit autres membres composant l'Exécutif, dont Mohamed Adahchour.

"Je viens de recevoir sa lettre. Il s'agit d'une décision tout à fait libre et je suis en train de lui demander de revoir celle-ci. Nous connaissons actuellement des difficultés budgétaires en raison des subsides que l'Etat nous a attribués mais ne nous a jusqu'à présent pas encore versés. Cela prend du temps. Je ne connais pas la raison de cette démission mais il y a sûrement plusieurs éléments qui ont joué", a expliqué jeudi Ugurlu Semsettin.

"Cette décision, qui fait suite à certaines contraintes personnelles, a été mûrement réfléchie", concluait dans sa lettre Mohamed Adahchour.

Belga, le 23 février 2012

02/02/2012

Une ouverture sur l’autre

 

Faut-il supprimer le cours de religion ?

fathallah2.jpg

Le Soir, 1er février 2012

Mohamed Fatha-Allah est professeur de religion islamique à l’athénée de Ganshoren. Depuis plus de 30 ans, il enseigne sa religion à des enfants de la classe de 1ère à la 6ème secondaire.

« J’ai dû créer mon cours moi-même car nous n’avons pas d’institut théologique pour l’islam en Belgique. J’ai donc été formé sur le tas. Je préfère partir d’événements qui se passent en Belgique ou dans le monde musulman, de l’histoire de la religion et de la théologie. Je leur explique le dogme, pourquoi ils font le ramadan, quelles sont les valeurs de l’islam. Evidemment, j’adapte mon discours en fonction de l’âge des enfants. »

Dans cette classe, pas besoin d’être croyant. Le professeur souhaite que les élèves réfléchissent.

« Je désire les aider à vivre leur citoyenneté en Belgique en conciliant leur appartenance à l’islam. Notre religion a une très grande richesse philosophique. L’important est le sens de la vie. »

Pour Mohamed Fatha-Allah, disposer d’un socle commun pour les cours de religion et le cours de morale est une bonne chose. « J’ai toujours pratiqué une ouverture sur l’autre. Voici 20 ans, j’emmenais mes élèves visiter les lieux sacrés des autres religions. Je leur explique leur histoire. Il faut aller vers les autres, construire des maisons avec des ponts vers les autres cultures. S’asseoir et discuter tous ensemble est très important. Alors qu’un socle commun soit coulé dans un décret, je suis pour. La question centrale dans nos cours de religion reste celle de l’homme, avec toutes ses spécificités. Il faut respecter l’autre. »

Lire le dossier complet