Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/02/2012

Plaidoyer pour un véritable Islam belge

Christian Laporte

La Libre, 2 février 2012

 

exécutif,musulman,ingérence,islam,belge,chemsi cheref-khan

Chemsi Cheref-Khan incarne la vision laïque de l’Islam en Belgique. Ce franc-maçon jette les bases d’une meilleure représentation musulmane.

 

Vivant et travaillant en Belgique depuis un demi-siècle, Chemsi Cheref-Khan est connu dans les milieux laïques et musulmans et dans les cénacles intellectuels comme le zélateur d’un humanisme musulman et d’un islam des Lumières intégré dans la société occidentale.

 

Face à divers constats récents que cette idée, que le monde politique appelle de ses vœux, a du mal à émerger, il a décidé de révéler son appartenance à la franc-maçonnerie afin de "booster" celles et ceux qui pensent comme lui en vue de jeter, enfin, les bases d’un véritable islam belge. Avec parmi les outils pour le promouvoir la création d’un Institut pour un humanisme musulman.

Pourquoi dévoiler votre qualité de maçon, membre du Grand Orient de Belgique ?

L’islam belge, ça fait vraiment très longtemps qu’on en parle et que rien ne progresse. Un peu plus de 10 ans après mon arrivée en Belgique, l’islam était la deuxième religion en Belgique. Lors du débat parlementaire sur sa reconnaissance, en 1974, certains élus plaidaient déjà pour le soustraire aux influences étrangères. Il était bien en place. A cause de la crise du pétrole, pour faire de bonnes affaires ou encore pour remercier le roi d’Arabie saoudite pour sa générosité après l’incendie de l’Innovation, la Belgique avait concédé le Pavillon oriental, dans le parc du Cinquantenaire, à l’Arabie saoudite.

Il se mua en Grande Mosquée et devint le siège européen de la Ligue islamique mondiale dont le rôle ne cessa de s’accroître. Mais entretemps, le Parlement ignorait tout de la doctrine juridique de l’islam.

C’était dérangeant pour un esprit critique car la reconnaissance fut acquise pour des raisons diverses. L’on voulait intégrer les musulmans ou alors les voir préserver leurs racines pour qu’ils rentrent chez eux ; il y avait les promesses de juteux contrats et on voulait soutenir les Américains, qui s’alliaient aux musulmans les plus radicaux dans leur lutte contre le communisme. Cela ne s’est jamais vraiment arrangé.

Les remous récurrents au sein de l’Exécutif des Musulmans de Belgique attestent aussi, si nécessaire, qu’il est urgent de changer de cap.

On doit d’autant plus se battre pour cet islam belge en ces temps agités où d’aucuns voudraient mettre tous les musulmans dans le même sac.

Lire la suite

01/02/2012

La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique ?

Caroline,Sagesser,Exécutif,musulmansCaroline SÄGESSER

 

Texte publié le 25.01.2012 sur le site http://www.o-re-la.org

 

Observatoire des Religions et de la Laïcité

 

 

(NB: C'est nous qui surlignons - Equipe Médiation)

 

L’Exécutif des Musulmans de Belgique, organe représentatif du culte islamique, a été mis sur pied en 1999. Depuis, il n’a cessé d’être l’objet de critiques et la proie de dissensions internes. Dernière en date, le vote de défiance de l’Assemblée des Musulmans du 13 janvier 2012 à l’égard de membres d’un Exécutif qui ne jouit plus de la reconnaissance des pouvoirs publics.

Le culte islamique a été reconnu par une loi du Parlement belge, c’est-à-dire formellement admis au financement public, en 1974. Cette reconnaissance entraînait la nécessité de reconnaître également un organe représentatif pour ce culte, indispensable pour mettre en œuvre cette décision, en vertu du dispositif constitutionnel belge. Diverses voies ont été explorées par les pouvoirs publics pour obtenir cet organe représentatif.

Dans un premier temps, ils se sont tournés vers le Centre islamique et culturel, qui occupait depuis 1969 le pavillon oriental (la « grande mosquée ») du parc du Cinquantenaire, à proximité des institutions européennes. Mais la non-représentativité du Centre, proche de l’Arabie Saoudite, par rapport aux musulmans de Belgique, qui sont pour l’essentiel originaires du Maroc et de la Turquie, a conduit à rechercher une autre solution.

Après divers aléas, l’idée d’organiser des élections au sein de la communauté musulmane toute entière s’est imposée à la fin des années 1990, selon un scénario à deux degrés : les fidèles éliraient au suffrage universel les membres d’une Assemblée, chargée de désigner les membres du futur organe représentatif du culte, l’Exécutif des Musulmans de Belgique.

Ce système à deux degrés avait été prévu pour qu’un filtre vienne assurer la représentation des diverses tendances du monde musulman belge - et des femmes - au sein de l’Exécutif, mais aussi pour permettre à la Sûreté de l’Etat de vérifier les noms des candidats avant leur nomination à l’Exécutif.

Suite :

Lire la suite

18/01/2012

EMB: dernières infos parues dans la presse et la blogosphère

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueL’EMB et Printemps arabe, cherchez l’erreur

Par Michaël PRIVOT, 14 janvier 2012

Les dangers d’instrumentalisation de l’islam de Belgique par certains pays d’origine dénoncés il y a quelques jours par le rapport de la Sûreté de l’Etat viennent d’être illustrés de manière éclatante. C’est maintenant fait. Bien que les membres progressistes exclus de l’EMB semblent envisager d’explorer toutes les voies légales pour faire valoir leurs droits, il paraît clair à cette heure qu’un boulevard vient de s’ouvrir pour la mise en place d’un EMB soumis aux impératifs de puissances étrangères à la Belgique.

 

Lire le texte complet

 

 

 

 

 

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueL’EMB, une organisation sous contrôle

 

La DH, 17 janvier 2012

 

Qui sont donc ces groupes radicaux et Etats étrangers qui tentent de s’ingérer dans la mise en œuvre d’une politique belge pour la communauté musulmane ? L’on peut citer trois pays particulièrement actifs, à divers degrés : la Turquie, le Maroc et l’Arabie Saoudite. Les deux premiers désirent contrôler leurs communautés immigrées présentes en Belgique. Ces deux pays défendent leurs intérêts propres – qui peuvent parfois être communs à ceux de l’Etat belge. Ils soulignent également que la première loyauté du croyant marocain ou turc doit être vis-à-vis du pays de ses ancêtres.

 

Lire l’article en entier

 

 

 

 

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueBelgique : Le Maroc et la Turquie accusés de menacer la cohésion des musulmans

 

Yabiladi, 16 janvier 2012

 

Après leurs frères d’Espagne et de France, c’est au tour des musulmans de Belgique de faire les frais de l’ingérence des « Etats étrangers » dans leur pratique religieuse. L'Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique (ADMB), dont trois membres ont été exclus de l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), l’instance suprême du culte musulman, accuse le Maroc et la Turquie de menacer la cohésion des musulmans du royaume d’Albert II.

 

Lire la suite

 

 

 

 

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueDenis Ducarme interpelle la ministre

Ricardo GUTIERREZ

Le Soir, 17 janvier 2012

Je ne sais pas ce qui se trame à l’Exécutif musulman, mais j’invite la ministre des Cultes, Annemie Turtelboom, à réunir les “belligérants” et à constater le vice de procédure manifeste dans l’éviction de certains élus »… Le député Denis Ducarme (MR) n’a pas tardé à réagir à l’exclusion controversée, vendredi soir, des trois élus rénovateurs de l’Exécutif musulman (EMB), l’organe qui gère le temporel du culte islamique en Belgique.

Lire la suite

 

La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgique

Par Caroline SÄGESSER

17 janvier 2012

Dans l’éviction des femmes et des membres de l’Alternative démocratique des musulmans de Belgique, on voit la confirmation du diagnostic de la Sûreté et on croit distinguer une reprise en main de la représentation de l’islam dans notre pays par le Diyanet turc et les services consulaires du Maroc…

Lire le texte en entier

15/01/2012

Les instances musulmanes Belges définitivement sous le contrôle des Etats étrangers

Communiqué de presse de l'ADMB* du 15 janvier 2012

 

 

Deux jours à peine après un rapport de la Sûreté d’Etat belge (p. 41) dénonçant les menaces de prise de contrôle de l’Exécutif des Musulmans de Belgique par des nervis à la solde d’Etats étrangers, l’éviction frauduleuse des seuls réformateurs hors de cet organe par une assemblée générale frauduleuse ce vendredi 13 janvier vient confirmer brillamment l’analyse de la Sûreté.

 

L’EMB n’est désormais plus dirigé que par des individus qui feront primer les intérêts de leur Etat d’origine sur ceux des Belges musulmans.

 

L’actuel Exécutif des Musulmans de Belgique, réduit aux 4 membres de la présidence depuis le 1er avril 2011, faute d’accord interne sur la table du Ministre de la Justice sur le dossier de renouvellement de l’institution, se trouvait à nouveau au terme de son dernier mandat, le 31 décembre 2011. 

 

L’EMB actuel, n’ayant plus de légitimité, n’a pu que succomber à une mascarade pour parer à cette impasse, en provoquant un vote irrégulier durant l’Assemblée Générale du vendredi 13 janvier réunissant la poignée de membres survivants de l’Organe Représentatif du Culte Islamique de Belgique.

 

A l’encontre de l’ordre du jour prévu et faisant fi du règlement d’ordre intérieur de l’Exécutif (Art. 48), démonstration claire du peu de cas qu’ils font de la démocratie,  ils ont ainsi orchestré l’exclusion illégale des 3 membres actifs qui refusaient de s’inscrire dans la lignée de l’Islam des ambassades (Isabelle PRAILE, vice-présidente de l’EMB, Mohamed FATHA-ALLH et Zehra GÜNAYDIN, membres de l’EMB).

 

Sur 44 membres élus de l’Assemblée Générale, 11 membres seulement étaient présents les poches pleines de procurations dont l’authenticité peut sérieusement être mise en doute. Le quorum nécessaire étant ainsi atteint, ils ont de la sorte pu maintenir en place, par un vote de confiance des membres proches des ambassades et voter une motion de défiance à l’encontre des membres rénovateurs, tous militants de  l’Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique. Ces derniers sont réputés pour leur lutte pour un islam  de transparence, citoyen, démocratique et surtout débarrassé de toute ingérence étatique.

 

Ce coup de force est intervenu dans un contexte où un projet de renouvellement de l’Exécutif des Musulmans de Belgique a du mal à convaincre le SPF justice car il n’incarne en rien  la diversité des courants et des sensibilités religieuses présents dans la société belge.

 

L’équipe qui dirige actuellement l’EMB est téléguidée par les puissances étrangères pour imposer un agenda d’islamisation des populations musulmanes à la solde de Rabat et d’Ankara.

 

Les conséquences directes de ces velléités seront la mise en péril de la cohésion sociale et de la cohabitation pacifique des différentes communautés par une gestion du temporel du culte arbitraire et totalitariste, ouvrant la voie au radicalisme pointé du doigt dernièrement par le rapport officiel de la Sureté de l’Etat. 

 

Dans ce contexte, l’Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique rappelle que l’assemblée générale ne jouit d’aucune reconnaissance légale ainsi que l’EMB qui en émane et que le mandat de celui-ci est réduit à la simple gestion des affaires courantes. 

 

L’ADMB dénonce donc ce complot contre les rénovateurs de l’EMB et met en garde les autorités politiques  et les citoyens belges contre de tels agissements qui bafouent les règles les plus élémentaires de droit. 

 

L’ADMB ne reconnaît évidemment pas la légalité de ces décisions. Les membres « exclus » de l’EMB continueront à occuper leurs fonctions et à siéger au sein de cet organe. En outre, ces 3 membres envisagent tous les recours judiciaires pour mettre fin à ce véritable putsch, rétablir le droit et continuer à faire valoir les aspirations légitimes des Belges musulmans.  

 

Contacts : 

 

Karim GEIRNAERT: geirnaertk@hotmail.com 0486/331454

Isabelle PRAILE:  isasoum@hotmail.com 0486/966114

 

 

 

* L’Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique (ADMB) est une plate-forme qui regroupe les forces vives de toutes les composantes de la communauté musulmane de Belgique sans distinction d’ethnie, de genre, ni d’écoles juridiques… L’ADMB a pour vocation de promouvoir un Organe Chef de Culte des Musulmans de Belgique représentatif, démocratique et indépendant de toute forme d’ingérence.

 

14/01/2012

Coup de théâtre à l'Exécutif musulman

L'AG de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), l'institution chargée de gérer chez nous le temporel du culte islamique a procédé vendredi soir à un vote de défiance visant ses membres « rénovateurs » prônant une représentation accrue des femmes et des minorités.

Ce vote entraîne l'exclusion de ces membres (à savoir la vice-présidente de l'EMB Isabelle Praile, Zehra Gunaydin et Mohammed Fatha-Allah), ce que ceux-ci contestent dénonçant la mainmise des autorités diplomatiques turques et marocaines sur l'EMB.

Concrètement, le vote de défiance exclut de l'EMB toutes les femmes et la minorité chiite. Le vote de vendredi soir a été organisé alors que treize membres de l'assemblée générale étaient présents sur les 43 élus. L'éviction des trois membres actifs de l'association démocratique des musulmans de Belgique (ADMB) n'était pas prévue à l'ordre du jour, les exclus plaident l'irrégularité de la procédure en appelle à l'arbitrage de la ministre fédérale des cultes, Annemie Turtelboom (Open VLD).

Voici quelques jours, le rapport annuel de la sûreté de l'Etat (page 41) mettait en cause l'ingérence persistante de la Turquie et du Maroc dans la gestion de l'EMB.

R.G.

Le Soir, 13 janvier 2012

10/12/2010

EMB sous influence étrangère?

turquie_belgique.pngD'après les (rares) bruits émanant de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) en coma prolongé, maintenu en vie financièrement par l'administration fédérale des Cultes (Justice), le projet de renouvellement de ses instances, qui devait être remis au ministre de la Justice, le 8 décembre dernier, ferait la part belle aux influences étrangères.

Par rapport à la version de mai, il ne serait plus question d'élections dans les mosquées mais d'une désignation des futurs membres de l'EMB par les comités de gestion des mosquées.

Ceux-ci ne sont pas exempts, loin s'en faut, d'influences étrangères.

Il suffit de songer aux mosquées de la Diyanet, qui sont la propriété physique de l'Etat turc (statut diplomatique) et dont les ministres du Culte sont formés et mandatés par le même Etat turc.

M.-C.R.

Le Vif, 10 décembre 2010