Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/05/2012

EMB: Nouvelle interpellation de la Ministre de la Justice

Commission de la Justice de la Chambre des Représentants

Mercredi 23 mai 2012

commission,justice,turtelboom

Interpellations jointes de :

 

- M. Bert Schoofs à la ministre de la Justice sur "les récents développements en ce qui concerne l'exécutif musulman"


 

 

- M. Ben Weyts à la ministre de la Justice sur "l'exécutif musulman"

 

Lire le compte-rendu complet en néerlandais - Integraal verslag in het Nederlands

 

 

Bert Schoofs(VB): Le parcours de l’Exécutif des musulmans de Belgique depuis sa création est loin d’être irréprochable. Au début de l’année, la Sûreté de l’État a signalé que l’Exécutif était infiltré par des groupements étrangers radicaux désireux d’imposer leur vision de la religion musulmane. La Sûreté de l’État considère que leur présence risque d’influer sur l’évolution de l’islam institutionnel en Belgique ainsi que sur l’islam de manière plus générale.


 

 

L’Exécutif des musulmans de Belgique est également déchiré par les dissensions internes. Une perquisition a été récemment effectuée à la suite de la plainte déposée par une dame qui siégeait à l’Exécutif, mais qui en a été radiée.

 


 

À la mi-mars, la ministre avait annoncé la mise en place d’une structure de transition ainsi qu’un calendrier pour assurer le renouvellement au sein de l’organisme. La plainte déposée remonte à cette époque.

 

L'instruction judiciaire entrave-t-elle les mesures annoncées? Quand a-t-elle commencé? Quelles mesures la ministre a-t-elle déjà prises après ses déclarations de la mi-mars?

 

Qu'en est-il du suivi de l'infiltration de groupements externes?

 

Qu'en est-il actuellement du financement? L'exécutif n'est pas reconnu mais continue toutefois à bénéficier d'un financement. C'est sans doute une première.

 

Lire la suite :

Lire la suite

18/05/2012

La crise de légitimité de l’Exécutif des musulmans de Belgique exaspère les musulmans

Par Hanan Ben Rhouma, SaphirNews.com, 16 mai 2012

Une nouvelle fois, l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) est en pleine tempête judiciaire. Son siège a été perquisitionné le 9 mai dans le cadre d’une plainte déposée par plusieurs membres de l’EMB, dont la vice-présidente Isabelle Praile.

Ces derniers, membres de l’Alternative démocratique de musulmans de Belgique (ADMB), se sont plaints de leur éviction par l’EMB lors de l’Assemblée générale du 13 janvier 2012.

Plus qu’une querelle de personnes, c’est bien la volonté de l’ADMB de réformer le système de représentation des musulmans de Belgique qui ne passe pas du tout auprès des fédérations musulmanes qui contrôlent l'EMB.

Un problème qui perdure depuis des années maintenant à tel point que l'Etat belge a décidé de ne plus reconnaître l'instance depuis janvier.

Michael,PrivotL’islamologue belge Michael Privot, un converti également membre du CA de la mosquée de Verviers, la plus grande officiellement reconnue en Wallonie, nous explique l’actuelle crise que traverse l’EMB et les moyens d’y remédier.

Lire la suite

11/05/2012

Le siège de l'Exécutif des musulmans de Belgique perquisitionné

 

exécutif,musulmans,perquisitions

Par Ristel Edimo,Yabiladi,11 mai 2012

 

L'Exécutif des musulmans de Belgique [EMB] est connu pour ses conflits internes à ne pas en finir. Mais celui-ci va certainement tenir les médias belges en alerte. Des perquisitions ont été menées par la police judiciaire mercredi dernier au siège de l'institution, suite à une plainte de la vice-présidente, Isabelle Praile, évincée des organes représentatifs de l'Exécutif. La police a découvert des éléments qui permettraient d'incriminer l'EMB. Détails.

 

Mercredi 10 mai, la section des affaires spéciales de la police judiciaire fédérale de Bruxelles, appelée DR7, a mené des perquisitions au siège de l’Exécutif des musulmans de France [EMB], l'organe représentatif des musulmans de Belgique, rapporte Le Vif-L’Express. Pour cause, une plainte contre X, avec constitution de partie civile, déposée par Isabelle Praile, vice-présidente de l’EMB, évincée des organes représentatifs de l'Exécutif. Les enquêteurs ont saisi le dossier de cette procédure d'éviction où des faux et usages de faux sont suspectés.

 

En effet, Isabelle Praile ne figure effectivement plus parmi les dirigeants de l'EMB, depuis l'Assemblée générale de l'organe tenue le 13 janvier dernier, comme il est aisé de constater sur le site de l'organe. Quel sont les violations notables dans la procédure d’éviction ? « Des règles précises n’ont pas été respectées. Il y a des pièces justificatives, mais pour le droit de l’enquête, je ne peux pas en dire plus », explique à Yabiladi Mme Praile qui dénonce des « manœuvres illégales ».

 

D’après elle, son éviction est due à une différence d’opinion au sujet du culte musulman dans son pays. Au sein de l’EMB, certains voudraient donner la gestion du culte aux « étrangers », tandis que d’autres, dont elle-même et deux autres membres également évincés de l’organe, veulent une gestion « belge » du culte musulman en Belgique. Il s’agit « de l’enjeu de l’avenir du culte », déclare déçue Mme Praile.

 

Un problème qui date

 

Selon la vice-présidente de l’EMB, c’est le même problème qui perdure depuis des années avec, en plus, d’autres moyens mis en œuvre pour essayer de renforcer la démarche. « C’est idéologique, lance-t-elle. Ils mettent en place une procédure complètement illégale parce que nous avons des avis différents. Où est la liberté d’expression ?». s’interroge-t-elle indignée.

 

Il est vrai que l’islam prend ses sources en Belgique « avec l’arrivée massive des Turcs et des Marocains dans les années 60, reconnait-elle. Mais avec le temps les choses ont évolué et aujourd’hui, l’islam n’est plus lié à l’immigration ». « Ils [les dirigeants actuel de l'EMB] veulent assoir les bases du culte via les institutions étrangères, comme la fédération des mosquées turques et bien d’autres. Pourtant, il y a des imams qui ne parlent pas le néerlandais ou le français. Ils n’ont aucune notion de la culture belge », affirme-t-elle.

 

« Nous, on veut un islam belge !»

« Nous, on veut un islam belge, clame Mme Praile. Il faut un islam représentatif de la diversité des musulmans de Belgique. Il faudrait limiter les influences étrangères et mettre un terme à ces tensions étrangères qui viennent perturber la bonne gestion du culte musulman en Belgique, préconise-t-elle ».

De son côté, L’Exécutif n'a toujours pas réagi. Son président, Semsetttin Ugurlu, reste jusqu’à présent injoignable. Il faut dire que l'EMB a souvent eu plusieurs conflits internes. Et très souvent liés à la différence d'opinion au sujet de la gestion du culte musulman en Belgique.

Les autorités belges, quant à elles, ne se prononcent pas. Selon Le Vif, la ministre belge de la Justice, Annemie Turtelboom, a justifié son inaction dans le dossier de la représentation du culte musulman par l'existence de cette enquête maintenant dirigée par le juge d’instruction Michel Claise. Contacté par Yabiladi ce matin, M. Claise a indiqué qu'il ne ferait pas de déclarations à ce sujet. Il faudra donc attendre les résultats de l'enquête.

EMB : analyse du Professeur Dassetto

 Le Professeur Dassetto nous envoie ce commentaire :

felice,dassetto,exécutif,musulmans"Je me permets de signaler le texte que je viens de publier en mars 2012 sur l'Exécutif des musulmans et les scenari possibles. Il est disponible en ligne sur le site du Cismoc/ Papers on-line.


Selon mon analyse il importe d'accepter qu'actuellement il n'y a pas de solution possible. Il est donc urgent de maintenir un statu quo pour que des réalités qui existent continuent à fonctionner. Mais en même temps il est indispensable d'œuvrer pour que dans 5 ou 10 ans il y ait une solution.


Continuer, comme on le fait depuis trente ans, à chercher rapidement une solution, ce serait encore une fois aboutir à un échec. Par contre, sans l'urgent du temps, il importe que les musulmanes et les musulmans, surtout des jeunes générations, œuvrent pour préparer à terme l'avenir de l'institution qui les concerne".

10/05/2012

Exécutif :blocage inadmissible

Annemie,Turtelboom,Exécutif,MusulmansChristian Laporte, La Libre, 10 mai 2012

S’il est un dossier qui fait furieusement du sur place du côté des cultes reconnus en Belgique, c’est bien celui de l’Exécutif des Musulmans qui n’a pas bougé d’un iota depuis le gouvernement d’affaires courantes d’Yves Leterme.

Pourtant, depuis lors, Annemie Turtelboom (Open VLD) est devenue une ministre de la Justice et donc de tutelle des cultes de plein exercice.

Mais la fracture entre les tenants d’un islam volontiers proche et donc aux ordres de certaines ambassades et ceux d’un islam aux accents belges n’a cessé de croître et régulièrement des parlementaires montent au front pour tenter de faire bouger les lignes.

Dernier en date, Bert Anciaux (SP.A) a constaté que l’Exécutif ne fonctionne plus que sur base d’arrêtés royaux qui ne lui permettent de percevoir que des moyens extrêmement limités.

"Pire : l’EMB a dû licencier du personnel et il n’est pas interdit de penser qu’il pourrait même se retrouver à la rue en raison de loyers impayés".

La ministre de la Justice a botté en touche en invoquant le prescrit constitutionnel de la liberté des cultes. "C’est aux cultes eux-mêmes qu’il appartient de créer une structure stable" a-t-elle répondu non sans ajouter que "la composition et les projets de renouvellement de l’actuel Exécutif des musulmans font l’objet d’un litige. Mon prédécesseur était déjà confronté à un point de vue minoritaire et à une prise de position majoritaire".

Et de rappeler que de fait lors d’une assemblée générale qui s’est tenue le 13 janvier, trois membres du courant minoritaire (NdlR : pro-islam belge) ont été démis et ont décidé de porter l’affaire en justice.

Pas question donc de s’ingérer alors qu’une instruction pénale est encore en cours mais pour Bert Anciaux, ces faits sont du passé et il siérait donc que l’Etat sorte enfin de son mutisme et prenne des mesures qui permettraient de sortir de l’imbroglio actuel. Et de les souhaiter "radicales". La ministre ne l’a pas exclu mais "tout dépendra de la teneur de l’initiative et de la question de savoir si elle ne constitue pas une violation de l’enquête judiciaire".

Plus que du sur place, un manque de courage politique ?

08/05/2012

EMB: Interpellation de la Ministre de la Justice au Sénat

 

Bert,Anciaux,Annemie,Turtelboom,Exécutif,Musulmans

Sénat de Belgique, Commission de la Justice, Mercredi 2 mai 2012

Demande d’explications de M. Bert Anciaux à la ministre de la Justice sur «l’avenir et le fonctionnement de l’Exécutif des Musulmans de Belgique» (no 5‑2046)

 

M. Bert Anciaux (sp.a). – L’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) se trouve dans une impasse depuis quelque temps déjà. Le précédent ministre de la Justice a décidé de ne pas reconduire le mandat de l’Exécutif. À la suite de nombreux problèmes internes et organisationnels, l’EMB fonctionne désormais grâce à divers arrêtés royaux successifs. Il perçoit des moyens financiers très limités pour financer les affaires courantes.

J’ai interrogé le précédent ministre à ce sujet à plusieurs reprises. J’attends d’une nouvelle ministre pleinement compétente qu’elle fasse avancer ce dossier rapidement et surtout de manière satisfaisante.

Inutile de rappeler à la ministre l’importance d’un bon fonctionnement de l’Exécutif des musulmans. De plus en plus de Belges se déclarent musulmans ; ils représentent aujourd’hui 6% de la population et leur présence est de 25% à Bruxelles et de 4% en Flandre et en Wallonie. De bonnes relations, franches et efficaces, entre nos autorités et la communauté musulmane sont donc indispensables. Je suis convaincu qu’un Exécutif fort et actif est et peut être un allié dynamique et indispensable pour tous ceux qui aspirent à une société interculturelle, ouverte et donc florissante.

La communauté musulmane compte également de très nombreuses personnes qui sont prêtes à participer, dans un esprit positif, à la construction de notre société, à l’enrichir et à la soutenir. Malheureusement, nombreux sont ceux qui abandonnent en raison de l’impasse dans laquelle se trouve l’Exécutif depuis bien longtemps. L’EMB ne peut même plus assurer son fonctionnement quotidien. Par manque de moyens, il a dû licencier plusieurs personnes et il risque même de se retrouver à la rue en raison de loyers impayés.

La ministre reconnaît‑elle la nécessité d’un Exécutif des musulmans fort et bénéficiant d’une large assise ? Quelle est la situation ? Quelles sont les propositions sur la table et lesquelles la ministre juge‑t‑elle réalisables ? Que pense‑t‑elle de l’idée de scinder l’Exécutif en un Exécutif néerlandophone et un Exécutif francophone, dirigés par un président national ? En effet, l’EMB n’est‑il pas surtout actif dans des dossiers régionaux, comme la reconnaissance de communautés locales, l’enseignement, etc. ?

Lire la suite:

Lire la suite