Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/04/2012

L’islam belge peine à exister

 

islam,exécutif des musulmans,ambassades

Publié le 27 avril 2012 sur le site français causeur.fr

Par Bernard Swysen

L’épineuse question des relations entre l’Etat et la religion a été réglée en Belgique par un arrangement plus proche de celui de nos voisins allemands que du nôtre. Au lieu d’une rupture claire et nette reléguant les cultes dans la sphère privée, l’Etat les prend en charge au nom de l’intérêt général.

Selon la loi sur « le temporel du culte » votée en 1870, l’Etat belge paie les salaires des clercs, assure l’entretien des lieux de culte – d’ailleurs exonérés d’impôts-, finance les écoles du réseau d’enseignement libre confessionnel ainsi que l’enseignement des différentes confessions officiellement reconnues. Ce régime concerne aujourd’hui le catholicisme, le protestantisme, l’anglicanisme, le judaïsme, le christianisme orthodoxe, l’islam, le bouddhisme et même la laïcité, qui a le statut de mouvement philosophique.

Chaque religion reconnue dispose d’un organe représentatif, interlocuteur officiel de l’Etat, chargé de gérer l’argent public alloué au fonctionnement de la communauté. Depuis sa reconnaissance en 1974, l’islam – deuxième religion de Belgique par le nombre de ses croyants – bénéficie d’un financement public au même titre que les autres cultes, mais peine pourtant à se fondre dans le moule institutionnel de la loi de 1870.

A sa création il y a presque quarante ans, l’organe communautaire musulman officiel fut d’abord confié au Centre islamique et culturel de Belgique, la Grande Mosquée du Cinquantenaire, institution financée et dirigée par l’Arabie Saoudite. Cette décision politique peut sembler maladroite, sachant que les musulmans de Belgique, disséminés dans 295 mosquées, sont majoritairement d’origine marocaine et turque.

Effectivement, ces derniers ont mal vécu la tutelle saoudienne sur leur organe représentatif, véhiculant par ailleurs une interprétation wahhabite plutôt radicale de l’islam. De surcroît, en confiant l’organisation institutionnelle des Musulmans à un pays tiers, la Belgique a fait entrer en son sein un véritable cheval de Troie. Avec l’émergence, depuis une vingtaine d’années, de l’islamisme politique sur la scène internationale, phénomène nourri essentiellement par le wahhabisme saoudien, l’Etat belge a pris conscience de son singulier manque de prévoyance.

 

Pour résoudre le problème, le gouvernement belge a décidé en 1996 de créer une nouvelle institution, « l’Exécutif des Musulmans de Belgique » (EMB), avec l’idée de confier des responsabilités aux Musulmans nés et éduqués en Belgique. Quelques décennies après l’arrivée de vagues migratoires massives, il était tout à fait raisonnable de construire une communauté musulmane enracinée en Belgique afin d’imposer un nouveau rapport de forces au sein des institutions religieuses.

 

Il aurait ainsi été judicieux de briser la gangue des « pays d’origine » pour que les fils et petits-fils d’immigrés s’émancipent de leurs racines familiales. Ce n’est pourtant pas ce qui s’est passé.

 

Lire la suite

Commentaires

L’Exécutif des Musulmans est appelé à intégrer en son sein toutes les composantes de la communauté arabo-musulmane qui ne partagent pas la même approche que lui sur l'Islam ou à disparaître du champ institutionnel à cause de sa non-représentativité.

Que le politique arrête de faire appel uniquement à ses élus ethnicisés qui depuis des années tiennent un discours plat et sans propositions ou à certains religieux qui eux tiennent un discours d'exclusion afin d'accentuer la peur envers les politiques dès qu'un voyou recyclé en un fou de Dieu commet l'irréparable.

Nous voulons faire entendre une autre voix avec la participation de tous sans exclusive et sans ingérence pour booster cette nouvelle approche de l'Islam.

Il faudrait nous aider à porter ce projet afin de diminuer toute cette pression qui pèse sur notre communauté faible, désorientée et surtout dépassée par cette problématique.

Aux politiques de ne pas bloquer cette dynamique pour des raisons électoralistes et sécuritaires.

Avançons tous ensemble pour aider les Belges de culture arabo-musulmane à intégrer définitivement cet ensemble qu'est la Belgique dans le respect de ses valeurs fondamentales. Ouvrons ce débat !

Je suis prêt à vous rencontrer avec d'autres personnes pour voir comment nous pourrions accélérer cette dynamique au-delà de toute autre considération.

Écrit par : Hamid Benichou | 27/04/2012

Les commentaires sont fermés.