Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/04/2012

Dassetto : « L’islam belge est à un tournant majeur »

Dassetto,EMB,ambassades,Islam,musulmansLe sociologue Felice Dassetto a apprécié le reportage de Frédéric Deborsu sur l’islam. Il s’en explique dans notre cahier « Polémiques ».

L’expert vient, par ailleurs, de publier un long article sur l’intégration des musulmans dans la sphère publique belge (1). Il y relève l’existence d’un « modèle belge original » d’intégration de l’islam à la société belge. Mais aussi de sérieux écueils. Morceaux choisis…

1) Les manœuvres saoudiennes

Felice Dassetto n’hésite pas à écrire que le Centre islamique et culturel de Belgique, présidé par l’ambassadeur d’Arabie saoudite, a « trahi » la confiance que lui a accordée l’Etat belge en lui confiant la gestion de la grande mosquée du Cinquantenaire, depuis 1966… « Ce centre est devenu un lieu de rayonnement d’un islam wahhabite et salafiste dont l’enseignement ne favorise en rien l’harmonieuse intégration des populations et des jeunes musulmans et prône une sorte de vision hostile à l’Occident… Entre autres, on y donne libre cours à l’enseignement de doctrines créationnistes, qui nient toute valeur à la théorie scientifique de l’évolution. Et ceci dans un bâtiment de propriété de l’État belge. »

2) La diabolisation de Tariq Ramadan

Au milieu des années 1990, le prédicateur genevois Tariq Ramadan « fait faire un saut de qualité à la jeunesse musulmane, enfermée jusqu’alors dans les discours traditionalistes… Les milieux de la laïcité mènent une guerre à fond contre Tariq Ramadan, sans trop comprendre sa pensée et la logique dans laquelle il inscrivait son action. La virulente polémiste Caroline Fourest a contribué à alimenter cette hostilité aveugle et bornée… Ramadan a joué un rôle intéressant et positif dans une prudente, mais réelle pensée réformiste ». Désormais, constate le sociologue, ce sont les salafistes qui concurrencent Ramadan sur son terrain.

3) Une polarisation accrue

Dès les années 2000, Felice Dassetto note l’essor d’une « confrontation » entre positions extrêmes, notamment autour de la question du port du foulard. Face à l’hostilité à l’islam affichée par Oriana Fallaci ou Caroline Fourest, des mouvements identitaires inspirés des Black Muslims et des Black Panthers émergent. C’est le cas de la mouvance créée autour de Souhail Chichah, notamment avec la « Burqa Pride » organisée à l’ULB.

4) L’islam des ambassades

L’ingérence de la Turquie et du Maroc dans les affaires musulmanes de Belgique ne facilite guère l’essor d’un leadership moral et intellectuel issu de la communauté musulmane. « Le rôle de l’Etat turc et de la Diyanet est déplorable », écrit le sociologue. De même que celui des musulmans « qui jouent une carte nationale marocaine… Croire que cet islam étatisé est un rempart contre le radicalisme ou le salafisme est vraiment une illusion ».

5)La violence symbolique de l’implantation musulmane

 « L’idée que l’Europe est aussi et définitivement un espace de présence musulmane est une donnée de fait », constate Felice Dassetto. C’est devenu une évidence. Mais… « porté par leur élan religieux et identitaire, des musulmans se sont affirmés, ont rendu visibles et affirmé leurs revendications. Ils ne se sont pas toujours rendu compte que ce mode d’implantation a été vécu par les non-musulmans comme une véritable violence symbolique. De nombreux non-musulmans avaient et ont l’impression de ne plus avoir leur place dans leur pays ou d’être accablés par ces constantes demandes musulmanes »…

Une réalité qui devrait laisser la place, espère le sociologue, à une « co-inclusion » réciproque. Mais il est possible, craint-il, que « des agences extérieures », saoudienne, turque, marocaine ou que des idéologues d’horizons divers (musulmans, chrétiens, athées, nationalistes) aient davantage intérêt à privilégier l’affrontement… Felice Dassetto insiste : « L’islam européen et belge est à un tournant majeur. »

Le Soir, 19 avril 2012

(1) « Islam belge au-delà de sa quête d’une instance morale et représentative », Cismoc Papers on line, mars 2012.

Commentaires

Ministre de la Justice, Sénat, 26 mars 2012:

La Sûreté de l'État suit les activités des instances et organisations marocaines dans notre pays lorsqu’elles ont un rapport avec l’espionnage, le terrorisme, l’extrémisme, la prolifération, les organisations sectaires nuisibles, les organisations criminelles ou l’ingérence et lorsqu’elles menacent ou pourraient menacer la sûreté intérieure de l’État, la sûreté extérieure de l’État ou le potentiel scientifique ou économique, visés dans les articles 7 et 8 de la loi du 30 novembre 1998 organique des services de renseignement et de sécurité.

La Sûreté de l’État constate que les instances et organisations marocaines établies en Belgique s'intéressent surtout à l'islam en Belgique (courants radicaux et islam institutionnel, l’Exécutif des Musulmans en Belgique) ainsi qu'à la défense des intérêts marocains concernant le Sahara occidental.

La Sûreté de l'État ne s'intéresse pas aux mandataires politiques d'origine marocaine en raison de leur origine uniquement car elle ne suit jamais les activités liées aux mandats parlementaires. Lorsque des activités relevant des compétences légales sont constatées, la Sûreté de l'État y accorde une attention toute particulière. Les infractions sont portées à la connaissance des autorités judiciaires. En cas d'urgence, je suis également avertie en tant que ministre de tutelle.

Écrit par : Philippe | 20/04/2012

Les commentaires sont fermés.