Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/02/2012

Plaidoyer pour un véritable Islam belge

Christian Laporte

La Libre, 2 février 2012

 

exécutif,musulman,ingérence,islam,belge,chemsi cheref-khan

Chemsi Cheref-Khan incarne la vision laïque de l’Islam en Belgique. Ce franc-maçon jette les bases d’une meilleure représentation musulmane.

 

Vivant et travaillant en Belgique depuis un demi-siècle, Chemsi Cheref-Khan est connu dans les milieux laïques et musulmans et dans les cénacles intellectuels comme le zélateur d’un humanisme musulman et d’un islam des Lumières intégré dans la société occidentale.

 

Face à divers constats récents que cette idée, que le monde politique appelle de ses vœux, a du mal à émerger, il a décidé de révéler son appartenance à la franc-maçonnerie afin de "booster" celles et ceux qui pensent comme lui en vue de jeter, enfin, les bases d’un véritable islam belge. Avec parmi les outils pour le promouvoir la création d’un Institut pour un humanisme musulman.

Pourquoi dévoiler votre qualité de maçon, membre du Grand Orient de Belgique ?

L’islam belge, ça fait vraiment très longtemps qu’on en parle et que rien ne progresse. Un peu plus de 10 ans après mon arrivée en Belgique, l’islam était la deuxième religion en Belgique. Lors du débat parlementaire sur sa reconnaissance, en 1974, certains élus plaidaient déjà pour le soustraire aux influences étrangères. Il était bien en place. A cause de la crise du pétrole, pour faire de bonnes affaires ou encore pour remercier le roi d’Arabie saoudite pour sa générosité après l’incendie de l’Innovation, la Belgique avait concédé le Pavillon oriental, dans le parc du Cinquantenaire, à l’Arabie saoudite.

Il se mua en Grande Mosquée et devint le siège européen de la Ligue islamique mondiale dont le rôle ne cessa de s’accroître. Mais entretemps, le Parlement ignorait tout de la doctrine juridique de l’islam.

C’était dérangeant pour un esprit critique car la reconnaissance fut acquise pour des raisons diverses. L’on voulait intégrer les musulmans ou alors les voir préserver leurs racines pour qu’ils rentrent chez eux ; il y avait les promesses de juteux contrats et on voulait soutenir les Américains, qui s’alliaient aux musulmans les plus radicaux dans leur lutte contre le communisme. Cela ne s’est jamais vraiment arrangé.

Les remous récurrents au sein de l’Exécutif des Musulmans de Belgique attestent aussi, si nécessaire, qu’il est urgent de changer de cap.

On doit d’autant plus se battre pour cet islam belge en ces temps agités où d’aucuns voudraient mettre tous les musulmans dans le même sac.


Etre musulman et franc-maçon n’est-il pas un peu antagoniste ?

Des courants de l’islam peuvent se retrouver avec certaines déclinaisons de la franc-maçonnerie. Le musulman, c’est celui qui se reconnaît comme tel ; en d’autres termes, c’est une affaire entre lui et Dieu. Le franc-maçon est celui qui est reconnu comme tel par ses frères.

Votre coming-out maçonnique est aussi lié à certains replis frileux.

Mais oui, les signaux positifs nesont pas venus. Pire, c’est le contraire qui s’est produit. J’ai été terriblement déçu par les Assises de l’interculturalité qui n’ont pas hésité à faire l’éloge du communautarisme alors que l’on présentait l’élection d’une députée bruxelloise voilée comme un progrès. C’est pourquoi je veux interpeller directement les citoyens et mes frères et mes sœurs qui incarnent la conscience de la société civile, étant les dépositaires de l’héritage des Lumières. Il est temps de me manifester, j’approche de la septantaine. Qu’est ce que je risque ?

Les commentaires sont fermés.