Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/01/2012

EMB: Zoé GENOT interpelle la Ministre de la Justice

Commission de la Justice de la Chambre des Représentants de Belgique, 25 janvier 2012

Zoé,Génot,EMB,interpellation,commission,justice

 

Question de Mme Zoé GENOT à la Ministre de la Justice sur le « Dossier du renouvellement de l’Exécutif des Musulmans de Belgique »

 

Zoé Genot (Ecolo-Groen): Madame la présidente, madame la ministre, le 13 janvier dernier l'assemblée générale de l'Exécutif des Musulmans de Belgique émettait un vote de défiance à l'égard de trois de ses membres parmi lesquels la vice-présidente Isabelle Praile. Les trois membres exclus appartiennent à l'Alternative démocratique des musulmans de Belgique, courant rénovateur qui essaie de proposer un mode plus participatif.

 

L'Exécutif actuel a été désigné au cours d'une assemblée assez chahutée à l'occasion de laquelle les procédures réglementaires n'auraient pas été respectées. Lors d'une réponse à une précédente question, vous avez bien expliqué qu'il ne vous appartenait pas de faire respecter les règles de l'Exécutif. Néanmoins, vous avez une responsabilité en termes de reconnaissance de l'organe qui peut être investi des missions de gestion du culte musulman.

 

Madame la ministre, allez-vous reconnaître, par arrêté royal, le nouvel Exécutif décidé le 13 janvier 2012, suite au vote de défiance? Lors de votre précédente réponse, vous avez notamment évoqué la possibilité d'organiser toute une série de rencontres de manière à mieux appréhender le dossier et en vue de trouver une solution. Des avancées ont-elles eu lieu en vue de trouver un compromis dans le cadre du dossier du renouvellement de l'Exécutif des Musulmans de Belgique? Si oui, lesquelles? Où en est-on actuellement ?

 

Par ailleurs, la Sûreté de l'État a remis un rapport pointant du doigt le fait que certains pays utilisaient l'Exécutif pour faire avancer leur vision de l'organisation des musulmans. Quels sont les enseignements que vous tirez de ce rapport en la matière?

Lire la suite

Mal formés, les imams?

mosquée“ On doit former les imams ici ”

L’avis d’un sociologue belge

 

Hier, un journaliste indien travaillant pour une agence d’informations du Koweït (KUNA) interviewait un sociologue belge sur la formation des imams travaillant chez nous. En gros, Felice Dassetto, professeur à l’UCL, expliquait que l’un des gros problèmes que rencontrent les musulmans en Europe “ est l’absence d’un guide spirituel et intellectuel, hormis peut-être au Royaume-Uni ”. “ J’ai dit à ce journaliste, en forme de boutade, que de riches musulmans devaient peut-être contribuer financièrement et conceptuellement à la création d’un voire deux instituts musulmans en Belgique. Parmi les 77 imams ou maîtres de prières travaillant à Bruxelles, il n’y en a à peine que deux ou trois qui parlent le français ou le néerlandais. Les intellectuels belges le reprochent .”

Les profs de religion, aussi

Le problème, selon le professeur, c’est le manque de formation de ces imams, des imams qui devraient être formés “ chez nous ”. “ Et pas être envoyés du Maroc, d’Egypte, de Turquie ou d’ailleurs. Actuellement, il existe bien un Institut supérieur à Bruxelles mais il est marqué par les Salafistes”.

Les imams ne seraient donc pas en phase avec la réalité des choses, en Belgique. “ Cela fait plus de trente ans que l’Islam est arrivé en Belgique mais cela ne peut plus continuer comme cela. Prenez l’exemple des professeurs qui enseignent la religion musulmane à l’école. Ce sont en général des gens qui ont fait des études en Belgique mais des études en sciences humaines, d’assistant social... pas en théologie. Même s’ils sont de bonne foi, de bonne volonté, ils n’ont pas eu de formation adéquate pour donner cours. Ce n’est pas en lisant trois livres sur l’Islam qu’ils seront prêts. ”

Felice Dassetto sait de quoi il parle: il a justement écrit trois livres sur l’Islam. “ Il faudrait s’inspirer de la faculté de théologie protestante de Bruxelles qui, aujourd’hui, a acquis un statut auprès des communautés. Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. C’est pour cela que j’affirme que s’ils veulent se rendre utiles, les riches musulmans devraient mettre en place une vraie faculté avec 7 ou 8 professeurs bien engagés. Mais cela coûte quelques centaines de milliers d’euros. ”

23/01/2012

L’Exécutif des musulmans de Belgique ingérable ?

denis,ducarme,exécutif,musulmanEntretien avec Denis DUCARME, par Jean-Paul Duchâteau

La Libre, le 21 janvier 2012

Que pensez-vous de ce qui se passe depuis des mois au sein de l’Exécutif des musulmans de Belgique ?

 

C’est en termes d’années qu’il faut penser ! Depuis 2005, ce sont des crises à répétition. Stefaan de Clercq avait réussi à mettre l’ensemble des acteurs autour de la table pour recréer une forme de sérénité entre diverses tendances. Mais certains ont profité du passage de flambeau entre deux ministres pour réimposer la voie de l’affrontement plutôt que celle du compromis qui semblait pourtant presque atteint.

 

Le gouvernement fait-il ce qu’il doit pour sortir de cette situation ?

 

Il fait même plus. Nous avons depuis 1974 un culte musulman reconnu. Un Exécutif a été mis en place en 1998. On essaie vraiment de donner la possibilité aux acteurs d’arrêter de choisir la voie du conflit. Il y a un vrai problème de maturité. Et je commence à douter de la volonté d’instaurer la concorde en la matière. Il faut cependant rester positif et j’espère qu’on ne devra pas de nouveau arriver à suspendre le financement.

 

Cela ne passe-t-il pas au-dessus de la tête de la communauté musulmane ?

 

La communauté a cessé de compter sur l’efficacité de l’Exécutif pour pouvoir vivre sa culture et sa foi. Mais les musulmans vont devoir se réintéresser à ce qui s’y passe. Quand on voit que le ministère turc des Affaires religieuses (dont les imams en Belgique sont des employés !) a la mainmise sur cet Exécutif et veut faire échouer l’institutionnalisation de l’islam de Belgique, cela commence à me poser de sérieuses questions.

 

Lire la suite:

Lire la suite

Emission Radio "Et Dieu dans tout ça?"

rtbf_la_premiere.png

 

Dimanche 22 janvier 2012 de 11h à 12h

Thème : Que se passe-t-il à l'Exécutif des musulmans de Belgique ?

 

Ecouter l'émission

20/01/2012

Chronique d'un putsch annoncé

 nordine,taouil,emb,sûreté,salafiste

Marie-Cécile ROYEN, Le vif, 20 janvier 2012

L'Exécutif des musulmans de Belgique s'est débarrassé des « modérés » et des « rénovateurs ». Place aux ambassades, au Milli Gorüs turc (Frères musulmans) et au salafiste Nordine Taouil.

 

Nordine Taouil débouté

 

Fait révélateur : dans le projet que les « conservateurs » veulent présenter à la nouvelle ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD), le nom du futur organe représentatif du culte islamique a été modifié. L'organe représentatif n'est plus « de Belgique » mais « en Belgique »... Une petite touche islamiste fondée sur l'idée que l'islam n'a pas à s'enraciner dans une terre particulière puisqu'il est unique et universel.

 

Cette dérive sémantique (par rapport aux attentes de l'Etat) est bien dans la ligne du président de l'Assemblée générale, Nordine Taouil. Cet imam anversois d'origine marocaine avait appelé à la révolte les élèves musulmanes de l'athénée royal d'Anvers, en 2009, lorsque la préfète avait décidé d'interdire le port d'insignes religieux et politiques. A la VRT, l'administrateur général de la Sûreté de l'Etat, André Winants, l'avait qualifié de « musulman extrémiste d'orientation salafiste-wahhabite qui milite activement dans des cercles salafistes ».

 

L'imam avait exigé un dédommagement devant le tribunal civil de Bruxelles. Il a été débouté le 7 octobre 2011. Il va en appel.

 

La recherche d'interlocuteurs musulmans par les autorités politiques est dans l'impasse.

 

Suite :

Lire la suite

Question de M.Richard Miller à la ministre de la Justice au Sénat

Miller.gifSénat de Belgique

Jeudi 19 janvier 2012

Question orale de M. Richard Miller à la ministre de la Justice sur «la situation alarmante de l’Exécutif des musulmans de Belgique»

M. Richard Miller (MR). – Je souhaite interroger la ministre sur les récents remous qui ont une fois encore secoué l’Exécutif des musulmans de Belgique. Au cœur des difficultés cette fois, le résultat d’un vote, intervenu vendredi dernier, entérinant de facto l’éviction de la vice-présidente francophone, Mme Isabelle Soumaya-Praile, et de M. Mohamed Fatah-Allah.

Il me semble que c’est surtout la thèse de ces deux personnes, relative à la non-légitimité de l’Exécutif à pouvoir se réunir sur la base de la convocation adressée, au quorum ou aux procurations douteuses, qui a retenu l’attention.

Ma première question est donc très directe. Vos services ont-ils pu vérifier ces éléments ? Selon M. Semsettin Ugurlu, président de l’Exécutif, ceux-ci sont sans fondement et ne correspondent pas à la vérité. Qu’en est-il de la légitimité, de la recevabilité et de la bonne conformité du vote intervenu?

Lire la suite

EMB: Dernières infos

denis,ducarme,emb,islam,ambassadesLa ministre ne convainc pas Denis Ducarme

Ricardo GUTIERREZ, Le Soir, 19 janvier 2012

Pas convaincu, le député MR Denis Ducarme… Il avait interpellé la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD), sur la situation confuse qui règne à l’Exécutif musulman (EMB). Elle concède que « la situation n’est pas optimale », sans s’avancer sur les soupçons d’irrégularités qui pèsent sur l’éviction, vendredi, des trois élus rénovateurs de l’EMB. Denis Ducarme fulmine : « Je compte bien interpeller à nouveau la ministre, qui doit s’investir très vite dans le dossier… Elle doit savoir que ceux qui prônent le retour de “l’islam des ambassades” me trouveront toujours sur leur chemin ».

 

 

annemie,turtelboom,islam,EMB,exécutif,musulmanExécutif musulman : le blocage

Christian LAPORTE, La Libre, 20 janvier 2012

La nouvelle ministre des Cultes avoue à son tour son impuissance dans le dossier.


D’aucuns avaient imaginé que la nouvelle ministre des Cultes, Annemie Turtelboom (Open VLD) allait vite trouver une solution aux inextricables dysfonctionnements de l’Exécutif des Musulmans après le “surplace” permanent de Stefaan De Clerck. C’est raté ! Interpellée jeudi au Sénat par Richard Miller (MR), la ministre a bien dû avouer qu’elle ne pouvait, dans l’état actuel du dossier, rien faire de plus que son prédécesseur

Suite

19/01/2012

Que se passe-t-il à l'Exécutif des musulmans de Belgique ?

radio,première,hecq,ugurlu,praile,emb,admb,exécutif

 

Emission "Et Dieu dans tout ça?"

 

Radio "La Première", dimanche 22 janvier 2012 de 11h à 12h

Ecouter l'émission

L’organisation de l’islam en Belgique est assurément un sujet sans fin.  A l’heure où le nouveau gouvernement fédéral est sur le point de prendre de nouvelles initiatives en ce qui concerne les religions, deux nouveaux rebondissements viennent de relancer certaines interrogations…  

C'est donc vendredi dernier qu’un nouvel « événement » se déroulait au sein de l’Exécutif des musulmans de Belgique :  une énième péripétie interne qui allait aboutir à un vote qui, en pratique, excluait plusieurs personnes et notamment les deux femmes présentes dans ce qui reste de l’organe chef de culte de la communauté musulmane.

Mais ce fait intervenait à peine 2 jours après que la Sureté de l’Etat, dans son rapport d'activité 2010, pointait notamment l'ingérence de "puissances étrangères" et aussi d'un « groupement turc radical » dans les structures de l’islam institutionnel. A y bien regarder pourtant aucun de ces deux faits n’est véritablement surprenant mais c’est  peut-être leur quasi simultanéité qui, soudain, remet sous les feux de l’actualité la question lancinante de l’organisation de la représentation de l’islam de Belgique…

Avec Corinne Torrekens, chercheuse FNRS à l’ULB et auteure notamment de « L’Islam à Bruxelles » (Ed. de l’ULB 2009) ; Felice Dassetto, professeur émérite à l’UCL ; auteur notamment de « L’Iris et le croissant » (Presses universitaires de Louvain 2011) ; Hassan Bousetta, sénateur PS ancien chercheur au CEDEM-ULg ; Denis Ducarme, député MR, auteur de « L’ Islam de Belgique » (Luc Pire 2007)

Avec également les voix de Semsettin Ugurlu, président de l’exécutif des musulmans de Belgique et de Isabelle Praile, vice-présidente de l’Exécutif des musulmans de Belgique et cheville ouvrière du groupe « Alternative démocratique des musulmans de Belgique »

Trop peu d'imams de Flandre parlent le néerlandais

imam,mosquée,geert,bougeoisDe nombreux imams exerçant en Flandre ne parlent que peu ou pas du tout le néerlandais et ne s'impliquent que peu dans leur environnement. Cela complique la relation avec la jeune génération, née et élevée en Flandre. Ces jeunes se tournent alors vers d'autres solutions à la recherche de l'"islam véritable", ce qui augmente le risque de radicalisation.

C'est ce qu'il ressort d'une étude réalisée par le "Steunpunt Gelijkekansenbeleid" ("Appui à une politique d'égalité des chances") à la demande du ministre flamand de l'Intégration Geert Bourgeois (N-VA).

Le portrait ainsi dressé souligne que presque tous les imams actifs en Flandre sont d'origine étrangère. Beaucoup ne parlent pas ou peu la langue et sont peu intégrés dans le contexte local.

Les auteurs de l'étude constatent également que beaucoup de jeunes sont prêts à reprendre le flambeau de la gestion des moquées. "Fournir une formation aux imams pourrait apporter une solution", selon le ministre Bourgeois. Le ministre de l'Enseignement Pascal Smet évalue cette possibilité.

Geert Bourgeois souligne que de nombreuses mosquées se situent à une période charnière entre deux générations. "Le travail effectué par la première génération constitue une bonne base pour continuer à évoluer vers des mosquées en phase avec leur époque, intégrées dans leur environnement et capables de communiquer avec la société au sens large", estime encore le ministre Bourgeois.


Belga, 14 janvier 2012

 

18/01/2012

EMB: Denis Ducarme interpelle la Ministre de la Justice

Commission de la Justice de la Chambre des Représentants de Belgique, 18 janvier 2012

 

 

denis,ducarme,annemie,turtelboom,emb,praile

 

Question de M. Denis Ducarme à la ministre de la Justice sur "la décision de l'assemblée générale de l'Exécutif des Musulmans de Belgique d'exclure la vice-présidente de l'EMB"

 

Denis Ducarme (MR): Madame la présidente, madame la ministre, le vendredi 13 janvier dernier, l'assemblée générale de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) a procédé à un vote excluant de celle-ci plusieurs membres importants de l'EMB, dont la vice-présidente, Mme Isabelle Praille. Cette décision semble contestable à plusieurs niveaux sur la forme; vous nous le confirmerez ou pas.

 

D'abord, le bureau de l'Exécutif a été validé par arrêté royal proposé par votre prédécesseur jusque la date du 31 décembre 2011 et non au delà.

 

Ensuite, selon mes informations, le règlement d'ordre intérieur de l'EMB n'a pas été respecté, l'ordre du jour de cette réunion du 13 janvier dernier n'appelant pas de point proposant une telle démarche liée à l'exclusion de membre.

 

Suite =>

Lire la suite

EMB: dernières infos parues dans la presse et la blogosphère

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueL’EMB et Printemps arabe, cherchez l’erreur

Par Michaël PRIVOT, 14 janvier 2012

Les dangers d’instrumentalisation de l’islam de Belgique par certains pays d’origine dénoncés il y a quelques jours par le rapport de la Sûreté de l’Etat viennent d’être illustrés de manière éclatante. C’est maintenant fait. Bien que les membres progressistes exclus de l’EMB semblent envisager d’explorer toutes les voies légales pour faire valoir leurs droits, il paraît clair à cette heure qu’un boulevard vient de s’ouvrir pour la mise en place d’un EMB soumis aux impératifs de puissances étrangères à la Belgique.

 

Lire le texte complet

 

 

 

 

 

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueL’EMB, une organisation sous contrôle

 

La DH, 17 janvier 2012

 

Qui sont donc ces groupes radicaux et Etats étrangers qui tentent de s’ingérer dans la mise en œuvre d’une politique belge pour la communauté musulmane ? L’on peut citer trois pays particulièrement actifs, à divers degrés : la Turquie, le Maroc et l’Arabie Saoudite. Les deux premiers désirent contrôler leurs communautés immigrées présentes en Belgique. Ces deux pays défendent leurs intérêts propres – qui peuvent parfois être communs à ceux de l’Etat belge. Ils soulignent également que la première loyauté du croyant marocain ou turc doit être vis-à-vis du pays de ses ancêtres.

 

Lire l’article en entier

 

 

 

 

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueBelgique : Le Maroc et la Turquie accusés de menacer la cohésion des musulmans

 

Yabiladi, 16 janvier 2012

 

Après leurs frères d’Espagne et de France, c’est au tour des musulmans de Belgique de faire les frais de l’ingérence des « Etats étrangers » dans leur pratique religieuse. L'Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique (ADMB), dont trois membres ont été exclus de l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), l’instance suprême du culte musulman, accuse le Maroc et la Turquie de menacer la cohésion des musulmans du royaume d’Albert II.

 

Lire la suite

 

 

 

 

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgiqueDenis Ducarme interpelle la ministre

Ricardo GUTIERREZ

Le Soir, 17 janvier 2012

Je ne sais pas ce qui se trame à l’Exécutif musulman, mais j’invite la ministre des Cultes, Annemie Turtelboom, à réunir les “belligérants” et à constater le vice de procédure manifeste dans l’éviction de certains élus »… Le député Denis Ducarme (MR) n’a pas tardé à réagir à l’exclusion controversée, vendredi soir, des trois élus rénovateurs de l’Exécutif musulman (EMB), l’organe qui gère le temporel du culte islamique en Belgique.

Lire la suite

 

La fin de l’Exécutif des Musulmans de Belgique

islam,musulman,emb,admb,ugurlu,praile,maroc,turquie,turtelboom,ingérence,belge,belgique

Par Caroline SÄGESSER

17 janvier 2012

Dans l’éviction des femmes et des membres de l’Alternative démocratique des musulmans de Belgique, on voit la confirmation du diagnostic de la Sûreté et on croit distinguer une reprise en main de la représentation de l’islam dans notre pays par le Diyanet turc et les services consulaires du Maroc…

Lire le texte en entier

15/01/2012

Les instances musulmanes Belges définitivement sous le contrôle des Etats étrangers

Communiqué de presse de l'ADMB* du 15 janvier 2012

 

 

Deux jours à peine après un rapport de la Sûreté d’Etat belge (p. 41) dénonçant les menaces de prise de contrôle de l’Exécutif des Musulmans de Belgique par des nervis à la solde d’Etats étrangers, l’éviction frauduleuse des seuls réformateurs hors de cet organe par une assemblée générale frauduleuse ce vendredi 13 janvier vient confirmer brillamment l’analyse de la Sûreté.

 

L’EMB n’est désormais plus dirigé que par des individus qui feront primer les intérêts de leur Etat d’origine sur ceux des Belges musulmans.

 

L’actuel Exécutif des Musulmans de Belgique, réduit aux 4 membres de la présidence depuis le 1er avril 2011, faute d’accord interne sur la table du Ministre de la Justice sur le dossier de renouvellement de l’institution, se trouvait à nouveau au terme de son dernier mandat, le 31 décembre 2011. 

 

L’EMB actuel, n’ayant plus de légitimité, n’a pu que succomber à une mascarade pour parer à cette impasse, en provoquant un vote irrégulier durant l’Assemblée Générale du vendredi 13 janvier réunissant la poignée de membres survivants de l’Organe Représentatif du Culte Islamique de Belgique.

 

A l’encontre de l’ordre du jour prévu et faisant fi du règlement d’ordre intérieur de l’Exécutif (Art. 48), démonstration claire du peu de cas qu’ils font de la démocratie,  ils ont ainsi orchestré l’exclusion illégale des 3 membres actifs qui refusaient de s’inscrire dans la lignée de l’Islam des ambassades (Isabelle PRAILE, vice-présidente de l’EMB, Mohamed FATHA-ALLH et Zehra GÜNAYDIN, membres de l’EMB).

 

Sur 44 membres élus de l’Assemblée Générale, 11 membres seulement étaient présents les poches pleines de procurations dont l’authenticité peut sérieusement être mise en doute. Le quorum nécessaire étant ainsi atteint, ils ont de la sorte pu maintenir en place, par un vote de confiance des membres proches des ambassades et voter une motion de défiance à l’encontre des membres rénovateurs, tous militants de  l’Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique. Ces derniers sont réputés pour leur lutte pour un islam  de transparence, citoyen, démocratique et surtout débarrassé de toute ingérence étatique.

 

Ce coup de force est intervenu dans un contexte où un projet de renouvellement de l’Exécutif des Musulmans de Belgique a du mal à convaincre le SPF justice car il n’incarne en rien  la diversité des courants et des sensibilités religieuses présents dans la société belge.

 

L’équipe qui dirige actuellement l’EMB est téléguidée par les puissances étrangères pour imposer un agenda d’islamisation des populations musulmanes à la solde de Rabat et d’Ankara.

 

Les conséquences directes de ces velléités seront la mise en péril de la cohésion sociale et de la cohabitation pacifique des différentes communautés par une gestion du temporel du culte arbitraire et totalitariste, ouvrant la voie au radicalisme pointé du doigt dernièrement par le rapport officiel de la Sureté de l’Etat. 

 

Dans ce contexte, l’Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique rappelle que l’assemblée générale ne jouit d’aucune reconnaissance légale ainsi que l’EMB qui en émane et que le mandat de celui-ci est réduit à la simple gestion des affaires courantes. 

 

L’ADMB dénonce donc ce complot contre les rénovateurs de l’EMB et met en garde les autorités politiques  et les citoyens belges contre de tels agissements qui bafouent les règles les plus élémentaires de droit. 

 

L’ADMB ne reconnaît évidemment pas la légalité de ces décisions. Les membres « exclus » de l’EMB continueront à occuper leurs fonctions et à siéger au sein de cet organe. En outre, ces 3 membres envisagent tous les recours judiciaires pour mettre fin à ce véritable putsch, rétablir le droit et continuer à faire valoir les aspirations légitimes des Belges musulmans.  

 

Contacts : 

 

Karim GEIRNAERT: geirnaertk@hotmail.com 0486/331454

Isabelle PRAILE:  isasoum@hotmail.com 0486/966114

 

 

 

* L’Alternative Démocratique des Musulmans de Belgique (ADMB) est une plate-forme qui regroupe les forces vives de toutes les composantes de la communauté musulmane de Belgique sans distinction d’ethnie, de genre, ni d’écoles juridiques… L’ADMB a pour vocation de promouvoir un Organe Chef de Culte des Musulmans de Belgique représentatif, démocratique et indépendant de toute forme d’ingérence.

 

14/01/2012

Coup de théâtre à l'Exécutif musulman

L'AG de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), l'institution chargée de gérer chez nous le temporel du culte islamique a procédé vendredi soir à un vote de défiance visant ses membres « rénovateurs » prônant une représentation accrue des femmes et des minorités.

Ce vote entraîne l'exclusion de ces membres (à savoir la vice-présidente de l'EMB Isabelle Praile, Zehra Gunaydin et Mohammed Fatha-Allah), ce que ceux-ci contestent dénonçant la mainmise des autorités diplomatiques turques et marocaines sur l'EMB.

Concrètement, le vote de défiance exclut de l'EMB toutes les femmes et la minorité chiite. Le vote de vendredi soir a été organisé alors que treize membres de l'assemblée générale étaient présents sur les 43 élus. L'éviction des trois membres actifs de l'association démocratique des musulmans de Belgique (ADMB) n'était pas prévue à l'ordre du jour, les exclus plaident l'irrégularité de la procédure en appelle à l'arbitrage de la ministre fédérale des cultes, Annemie Turtelboom (Open VLD).

Voici quelques jours, le rapport annuel de la sûreté de l'Etat (page 41) mettait en cause l'ingérence persistante de la Turquie et du Maroc dans la gestion de l'EMB.

R.G.

Le Soir, 13 janvier 2012