Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/01/2012

Mal formés, les imams?

mosquée“ On doit former les imams ici ”

L’avis d’un sociologue belge

 

Hier, un journaliste indien travaillant pour une agence d’informations du Koweït (KUNA) interviewait un sociologue belge sur la formation des imams travaillant chez nous. En gros, Felice Dassetto, professeur à l’UCL, expliquait que l’un des gros problèmes que rencontrent les musulmans en Europe “ est l’absence d’un guide spirituel et intellectuel, hormis peut-être au Royaume-Uni ”. “ J’ai dit à ce journaliste, en forme de boutade, que de riches musulmans devaient peut-être contribuer financièrement et conceptuellement à la création d’un voire deux instituts musulmans en Belgique. Parmi les 77 imams ou maîtres de prières travaillant à Bruxelles, il n’y en a à peine que deux ou trois qui parlent le français ou le néerlandais. Les intellectuels belges le reprochent .”

Les profs de religion, aussi

Le problème, selon le professeur, c’est le manque de formation de ces imams, des imams qui devraient être formés “ chez nous ”. “ Et pas être envoyés du Maroc, d’Egypte, de Turquie ou d’ailleurs. Actuellement, il existe bien un Institut supérieur à Bruxelles mais il est marqué par les Salafistes”.

Les imams ne seraient donc pas en phase avec la réalité des choses, en Belgique. “ Cela fait plus de trente ans que l’Islam est arrivé en Belgique mais cela ne peut plus continuer comme cela. Prenez l’exemple des professeurs qui enseignent la religion musulmane à l’école. Ce sont en général des gens qui ont fait des études en Belgique mais des études en sciences humaines, d’assistant social... pas en théologie. Même s’ils sont de bonne foi, de bonne volonté, ils n’ont pas eu de formation adéquate pour donner cours. Ce n’est pas en lisant trois livres sur l’Islam qu’ils seront prêts. ”

Felice Dassetto sait de quoi il parle: il a justement écrit trois livres sur l’Islam. “ Il faudrait s’inspirer de la faculté de théologie protestante de Bruxelles qui, aujourd’hui, a acquis un statut auprès des communautés. Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. C’est pour cela que j’affirme que s’ils veulent se rendre utiles, les riches musulmans devraient mettre en place une vraie faculté avec 7 ou 8 professeurs bien engagés. Mais cela coûte quelques centaines de milliers d’euros. ”

Les commentaires sont fermés.