Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/01/2012

L’Exécutif des musulmans de Belgique ingérable ?

denis,ducarme,exécutif,musulmanEntretien avec Denis DUCARME, par Jean-Paul Duchâteau

La Libre, le 21 janvier 2012

Que pensez-vous de ce qui se passe depuis des mois au sein de l’Exécutif des musulmans de Belgique ?

 

C’est en termes d’années qu’il faut penser ! Depuis 2005, ce sont des crises à répétition. Stefaan de Clercq avait réussi à mettre l’ensemble des acteurs autour de la table pour recréer une forme de sérénité entre diverses tendances. Mais certains ont profité du passage de flambeau entre deux ministres pour réimposer la voie de l’affrontement plutôt que celle du compromis qui semblait pourtant presque atteint.

 

Le gouvernement fait-il ce qu’il doit pour sortir de cette situation ?

 

Il fait même plus. Nous avons depuis 1974 un culte musulman reconnu. Un Exécutif a été mis en place en 1998. On essaie vraiment de donner la possibilité aux acteurs d’arrêter de choisir la voie du conflit. Il y a un vrai problème de maturité. Et je commence à douter de la volonté d’instaurer la concorde en la matière. Il faut cependant rester positif et j’espère qu’on ne devra pas de nouveau arriver à suspendre le financement.

 

Cela ne passe-t-il pas au-dessus de la tête de la communauté musulmane ?

 

La communauté a cessé de compter sur l’efficacité de l’Exécutif pour pouvoir vivre sa culture et sa foi. Mais les musulmans vont devoir se réintéresser à ce qui s’y passe. Quand on voit que le ministère turc des Affaires religieuses (dont les imams en Belgique sont des employés !) a la mainmise sur cet Exécutif et veut faire échouer l’institutionnalisation de l’islam de Belgique, cela commence à me poser de sérieuses questions.

 

Lire la suite:


Par exemple, le recul de la laïcité en Turquie suscite des problèmes. Par ailleurs, le printemps arabe, qui tend à évoluer en raz de marée islamiste dans plusieurs pays, pose aussi la question d’autres ingérences nationales dans le culte musulman belge. On ne pourra pas continuer à être aussi souple face à cela quand on sait qu’au Maroc, en Turquie et en Tunisie par exemple, ce sont des islamistes qu’on présente comme modérés qui tendent à produire ici un islam qui n’est pas celui auquel on a été habitué. Ce qu’on demande à l’Exécutif des musulmans de Belgique, c’est de mettre en place une structure administrative qui permette notamment la reconnaissance des mosquées et la formation des imams.

 

Ressentez-vous un danger de radicalisation au sein des communautés musulmanes de Belgique ?

 

Très heureusement, les musulmans de Belgique désirent, dans leur grande majorité, vivre leur particularité de manière tout à fait tranquille et ne souhaitent pas voir leurs Etats d’origine prendre la barre de leurs communautés. Le problème, ce sont ces 10 % d’activistes qu’on retrouve au sein d’un certain nombre de mosquées et d’associations, qui flirtent avec le salafisme et qui monopolisent la parole et l’image. Il y a une forme de radicalisation. Mais on ne doit pas parler de l’islam comme quelque chose d’unique. Il faudrait parler des islams de Belgique, avec des courants divers. Moi, je préfère l’islam marocain qui est islam de lumière, à celui des pays du golfe qui financent à tout va des constructions de mosquées et des publications. En 20 ans, le visage des islams en Belgique a beaucoup changé, et pas en bien. Et ce qui se passe dans les pays arabes, avec la montée des islamistes, va encore compliquer la donne.

Les commentaires sont fermés.