Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/11/2010

Colloque d'Anvers sur la place de l'islam dans la nouvelle Europe

20101105-colloquium-antwerpen-3.jpg

 

Un colloque ayant pour thème "Quelle est la place de l'islam dans la nouvelle Europe?" a été organisé à Anvers les 29, 30 et 31 octobre 2010, par l'Institut Avicenne de Lille, l'Institut pour les Etudes Marocaines et Méditerranéennes d'Anvers, et le Commandement Populaire Islamique Mondial (Libye).

 

Un bloggeur néerlandophone, Mr Luc Van Braekel (consultant indépendant et entrepreneur, ex-assistant à la KUL) a relaté cet évènement sur son site.

 

En voici le résumé, traduit en français :

 

Un colloque pris en otage par les islamistes et les apologistes ?

Ce colloque qui s’est tenu à Anvers a reçu un large écho dans les pays arabes, mais a été presque ignoré dans notre pays, même au sein de la communauté musulmane. « La place de l’islam dans la nouvelle Europe », tel était le titre du colloque, qui a été relaté par Al Jazeera et par le journal marocain Le Matin. Dans notre pays, seule la Gazet Van Antwerpen en a écrit un bref article dans la page locale de trois de ses six éditions régionales. Pour être clair : il s’agissait d’une conférence pour promouvoir le vivre ensemble multiculturel et la compréhension mutuelle entre le monde islamique et l’Europe.

Un déroulement chaotique

Le colloque a été annoncé en grande pompe, mais s’est déroulé de manière chaotique. Jacques Attali, aurait dû en être le conférencier d’honneur, mais a envoyé un de ses valets. Le programme et les invités semblaient totalement différents de ce qui était annoncé au préalable, et le programme réel ne dépassait pas la moitié de ce qui était prévu sur papier. A ce qui aurait dû être une conférence de niveau académique, très peu d’académiciens n’y ont en fin de compte participé. Les discours et les débats n’ont pas été plus loin que des discussions non appuyées par des études scientifiques, des statistiques ou des références.

 

Références à des scientifiques nazis

 

Déjà lors de la session d’ouverture, Mohammed Bensalah a souligné la contribution de l’Islam à la civilisation européenne et a laissé entendre que seuls quelques scientifiques occidentaux ont reconnu cette contribution islamique : l’américain John Esposito, l’allemande Sigrid Hunke et le belge George Sarton. Il faut savoir que Sigrid Hunke était employée du département scientifique de la SS sous le régime nazi, où elle faisait des recherches sur la psychologie raciale. Dans le cadre de sa fonction, elle est entrée en contact avec le Grand Mufti de Jérusalem, qui prônait ouvertement l’extermination des Juifs.

 

 

Lire la suite ==>


Vocifération contre Israël, le Libéralisme et l’interdiction du foulard

 

Au cours des débats, on a pu entendre de la part du public de longues invectives contre Israël, sans que les modérateurs n’interviennent. Seul l’échevin de la Ville d’Anvers, Robert Voorhamme, a réagi en condamnant fermement ces réactions et en déclarant que les conflits du Moyen-Orient ne peuvent pas être importés et n’ont certainement pas leur place dans un tel colloque. Cela peut paraître surprendre mais dans un tel colloque, sensé améliorer la compréhension mutuelle entre l’islam et l’Europe, des gens comme Yacob Mahi sont venus affirmer littéralement que « le libéralisme est l’assassin de la liberté humaine ». Ou encore l’imam Youssef Ibrams de Genève, membre du Conseil européen de la fatwa, qui a prétendu en 2004 que la lapidation, bien que peu nécessaire en Suisse, ne pouvait pas être condamnée dans l’absolu.

 

La déclaration d’Anvers, uniquement en langue arabe

 

Le colloque a donc été la proie des apologies de l’islam fondamentaliste, en particulier la déclaration finale, qui a été détournée par les fondamentalistes, qui ont diabolisé l’interdiction du foulard et la construction des minarets. Après que cette « déclaration d’Anvers » - annoncée comme grande déclaration - ait été lue en arabe, avec la traduction simultanée en français et en néerlandais, plusieurs participants – tous représentants du libéralisme – ont ouvertement protesté et affirmé que cette déclaration ne pouvait pas être prise en leur nom dans sa forme actuelle et infiltrée comme telle par le fondamentalisme. Ce à quoi les organisateurs ont répondu que ce texte n’était qu’un projet et que les corrections pouvaient être envoyées par mail après le colloque. Le texte complet de la « Déclaration d’Anvers » n’existe qu’en arabe sur internet, on ne peut en obtenir une traduction en néerlandais, anglais ou français que via le service de traduction de Google. On trouve dans la déclaration notamment le rejet de l’interdiction du voile et des minarets, la condamnation de l’islamophobie, terme de plus en plus souvent utilisé pour dénoncer et donc empêcher toute critique de la religion, de l’échec de l’intégration et du fondamentalisme islamique. Un point également insidieux est celui par lequel la déclaration demande que les institutions musulmanes jouent un rôle comme parties prenantes – et pas seulement comme conseillères – pour la prise de décisions importantes et l’établissement de la législation concernant l’islam en Europe, et le « diagnostic des anomalies ».

Commentaires

Pas étonnant que cette déclaration ne soit diffusée qu’en arabe puisqu’elle n’a pour autre dessein que de glorifier à travers le monde arabe le sieur Mouammar Kadhafi, Président Libyen de son état et principal instigateur de cette ignominieuse pièce théâtrale.

Pour rappel, c’est ce personnage peu ragoutant qui a plaidé en août dernier pour que l’islam devienne la religion de toute l’Europe, rien moins que ça !

Il cherche ainsi à étendre son pouvoir panarabique par le truchement de slogans populistes et de pseudo-conférences, au nez et à la barbe (c’est le cas de le dire) des organisateurs de façade, acteurs malgré eux d’une mise en scène plus proche de la débâcle assourdissante que du succès planétaire.

Écrit par : Kamal | 16/11/2010

"Le recteur de la Faculté de l’Appel Islamique a ensuite prononcé au nom de l’AMAI un discours au début duquel a salué les participants affirmant la nécessité de la Conférence pour établir les contacts entre les société humaines rappelant le rôle assumé par l’AMAI pour servir l’action islamique mettant en exergue sa fondation suite à l’initiative du Guide Maommar Alghddafi, Guide de Commandement Populaire Islamique Mondial, exposant ses actions menées en matière humanitaire et culturel."

http://www.islamic-call.net/french/modules/news/article.php?storyid=1991

Écrit par : Momo | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.